L'essentielle SantéAssociation
shape
Soins
shape
shape
shape
DROGUES






Je suis la drogue !


Mon nom vous fait frémir ! Je suis l’amie fidèle de l’alcool et tout comme lui, je vous déteste au plus haut point, surtout vous les jeunes.



Mon travail est l’abrutissement du cerveau : c’est ma spécialité.


Je trouve les arbres laids et j’ai une sainte horreur des fleurs. La nature que votre Dieu a crée, je la trouve affreuse : c’est pourquoi j’expédie les gens qui me consomment dans des pays d’épouvante et de désolation d’où très souvent, on ne revient pas. J’aime les gens sans morale, la saleté le désespoir et la mort. Mondialement connue, je traverse les continents à la vitesse de l’éclair et je laisse sur mon passage la destruction et la folie.


Merci de me vendre, de me consommer, et de me cacher, mentez trahissez pour me couvrir. Votre aide m’est infiniment précieuse pour anéantir ce qui reste d’amour sur terre. Je suis l’ennemie jurée du bonheur, alors consommez-moi sans réserve. Vous voulez devenir un de mes vendeurs ? Je suis toujours à la recherche de sang nouveau, tel un vampire.

Mon seul ami est l’alcool ; nous faisons une belle paire de salauds. Il m’aime et me respecte. Souvent le tabac nous prête main forte pour intoxiquer plus vite ces benêts qui nous gobent comment ils gobent sans discernement tout le reste, à trois nous nous chargeons encore plus vite des neurones qui pourraient résister.


Eh les jeunes ! Voulez-vous nous confier votre cerveau ? Je vous promets de les détraquer à tout jamais et, par la même occasion, de faire de vous de véritables loques humaines. Avec un peu de chance, vous pourriez vous suicider ou terminer votre vie à l’asile ou en prison !


Je vous laisse réfléchir.. Il faut que je vous quitte. Je suis débordée de travail.


PS. Excusez-moi, mais je n’aurai pas de temps à perdre pour assister à votre déchéance ou à vos funérailles.


Sans remords aucun, la drogue.


Directeur de publication, La Mort, assistée de la Souffrance, de la Perdition et du Vice

Ce texte extraordinaire, d’auteur inconnu, a été publié par André Haury dans son livre Parcelles de Sagesse et adapté ci-dessus




L'esprit et la matière - Niveaux de conscience - Les éteignoirs de l'esprit

Effets de l'alcool, des drogues et du tabac




Durant la descente de l'Esprit humain dans la matière, des substances ont été introduites dans l'alimentation de l'homme, pour lui permettre de passer aux prochaines et successives étapes de son évolution. L'alcool a été l'une de ces substances. Avant la 5ème Epoque ou Epoque Aryenne de la Révolution de la Terre, l'homme avait conservé une certaine vision spirituelle qui était son héritage en tant qu'Esprit en évolution, et il était ainsi conscient de sa condition spirituelle.


Jusqu'à cette époque l'eau était utilisée comme boisson principale; il devint alors nécessaire que l'homme perde sa vision spirituelle afin de ne plus être (suite...)


Il est temps maintenant pour l'homme de prendre le sentier ascendant de l'évolution, et de se diriger vers la Conscience supérieure, de développer sa vision spirituelle perdue. Puisque l'alcool a été utilisé pour faire oublier à l'homme son Moi Supérieur, il n'existe pas de personne nourrissant son corps d'alcools (produits de fermentation et de désintégration) qui puisse jamais connaître les royaumes spirituels.


C'est pourquoi toute forme d'alcool devra être supprimée de l'alimentation de ceux qui désirent aller de l'avant sur la spirale évolutive ascendante. Si aujourd'hui, une personne est suffisamment "fortunée" pour avoir de temps en temps des perceptions du monde spirituel, en continuant de prendre de l'alcool, elle met en péril le niveau de conscience qu'elle a atteint par son travail durant les existences précédentes et se trouvera, à l'Age du Verseau, incapable d'occuper la place pour laquelle elle a si durement travaillé durant les âges passés.


Lorsqu'on considère le développement spirituel de l'homme, l'usage des drogues et des médicaments va de pair avec celui de l'alcool. En étudiant l'usage répandu des médicaments et des drogues dans la société d'aujourd'hui, nous trouvons que le besoin de les utiliser tourne autour de trois facteurs:


1) le soulagement de la douleur;

2) l'ennui;

3) l'espoir d'expérimenter une révélation spirituelle.


Max Heindel nous dit que le but de la vie n'est pas le bonheur, mais l'expérience. Dans notre lutte pour ce que nous considérons être le meilleur côté matériel de la vie, nous laissons nos désirs nous conduire sur les chemins du plaisir, de la facilité et du confort; c'est pourquoi nous échouons souvent à réaliser le but de notre existence, à savoir, acquérir de l'expérience.



Lorsque nous malmenons nos corps, nous nous attirons la souffrance. C'est la façon de la nature de nous dire que nous en avons trop abusé et que c'est le moment de changer les conditions qui provoquent notre malaise.


Beaucoup d'entre nous ignorent l'avertissement de la nature et préfèrent la solution confortable, le recours aux drogues. Le drame c'est qu'étant peu disposés à essayer honnêtement de rechercher et de corriger la cause, nous ne nous arrêtons pas là. Nous acceptons le soulagement temporaire et laissons ainsi nos corps faire une plus grande accumulation de toxines. De cette façon, nous créons une condition qui exige un usage plus fréquent de drogues, étant fortement amenés à cette condition par un véhicule hautement intoxiqué et drogué, lequel corps a peu de chance de permettre une croissance de l'âme dans cette vie.


Il faut un corps physique et un intellect purs et sains pour donner à notre véhicule spirituel la discipline nécessaire pour nous préparer au travail futur. Seul l'individu lui-même peut réaliser les conditions qui l'assureront d'une croissance continue. C'est pourquoi il doit s'abstenir de prendre des drogues ou toute autre substance qui interférera avec le travail du cerveau.


Notre société d'aujourd'hui est affligée par une condition auto-imposée, appelée l'ennui, qui est devenu l'un des problèmes de l'homme qui essaie d'accomplir la destinée de la présente existence sur terre. L'usage des tranquillisants, des somnifères, des pilules stimulantes, font partie du mode de vie d'une grande partie de la famille humaine. Cet usage pourrait être supprimé, si l'individu concerné essayait de vivre comme membre contributif de la société. Au lieu de se complaire en lui-même et de s'apitoyer sur son sort, il doit s'ouvrir à ses semblables et chercher à trouver la paix désirée en servant l'humanité.


A un moindre degré, le café et le thé utilisés comme boisson, sont des exemples de drogues, car ils produisent tout de même un certain effet sur les émotions.



A des degrés plus élevés, les barbituriques (sédatifs) et les amphétamines (stimulants) produisent un effet plus puissant. Que ceux-ci affectent le système nerveux central, cela est bien connu. A la différence des animaux qui sont gouvernés par les Esprits-Groupes et qui, par conséquent, réagissent aux drogues de la même manière, l'homme s'est individualisé, et il n'y a pas moyen de prouver à certains, les effets secondaires de ces drogues sur le corps. Ceux-ci peuvent être mineurs ou graves, tout dépend du développement spirituel de la personne.


Toutefois, nous pouvons être sûrs que dans tous les cas l'effet sera de ralentir ou de retarder la croissance de l'âme présente et à venir.


Les drogues, tels la marijuana, l'héroïne et le LSD, utilisés particulièrement par la génération plus jeune pour produire un soi-disant "défoncement" ou "trip," sont de loin les plus dangereuses. Pour comprendre pourquoi le jeune est susceptible d'utiliser ces drogues hallucinogènes, il faut savoir que ce n'est que récemment qu'il a acquis le corps du désir (à l'âge de 14 ans, environ) et l'intellect (à l'âge de 21 ans, environ ). C'est pour lui le moment de déterminer les limites de ses possibilités et de voir jusqu'à quel point il peut défier le statu quo.


Beaucoup de jeunes veulent connaître les limites de leur adaptabilité. D'autres désirent une révélation spirituelle qu'ils croient pouvoir provoquer par l'usage des drogues. Durant cette période critique de la vie, l'individu manque souvent de confiance et de chaleur de la part d'un compagnon plus âgé, celui qui peut le guider durant cette période difficile. Pour beaucoup de jeunes d'aujourd'hui c'est une période d'essai et d'erreur, une période de croissance aveugle.


Les drogues offrent une issue, mais comme cela se révélera par la suite ce sera une fausse issue. Etant hallucinatoires, les drogues n'apportent pas les résultats désirés; au contraire, elles mettent l'aspirant en danger d'être contrôlé par des esprits indésirables, de ruiner son corps physique, et de l'exposer à des effets extrêmement néfastes sur ses corps spirituels. Tout dégât causé à ces véhicules peut demander plusieurs vies pour qu'ils reprennent l'adaptabilité qu'ils avaient à l'origine. Cela signifie un retard net dans l'évolution. C'est pourquoi une personne qui a fait beaucoup de progrès dans des vies antérieures, pourrait perdre le bénéfice d'un précédent et laborieux travail, en affectant gravement ses instruments actuels de vie.


***


Le troisième membre du trio est le tabac, mixture complexe de gaz, de liquides et de goudrons. Non seulement nous trouvons plusieurs composés chimiques dans le tabac mais d'autres en plus se forment quand la substance brûle. Certains de ceux-ci peuvent produire des effets nocifs sur le corps; ensemble ils peuvent mener au désastre. Comme nous l'avons dit, notre souci n'est pas seulement les effets de ces substances sur le corps physique, mais également sur les corps spirituels. Notre évolution en tant qu'êtres spirituels dépend de l'acquisition de la Robe Nuptiale d'Or qui se constitue grâce au développement des éthers supérieurs. Aucun progrès ne peut être fait sur ces éthers, à moins d'élever les vibrations de notre corps physique dense, et ceci ne peut être accompli qu'en maintenant un corps aussi pur que le permettra notre développement actuel.


Aucun athlète, ou toute autre personne qui a besoin d'un corps convenable pour la qualité de son travail, ne ferait quelque chose qu'elle sait être préjudiciable au corps et à l'intellect. Pour la personne qui choisit de suivre le sentier spirituel, le besoin d'abstinence est beaucoup plus grand, puisque chaque faculté du cerveau est nécessaire pour apprendre à maîtriser l'intellect.


Aucune personne ayant le cerveau confus ne peut espérer réussir à élever son niveau de conscience de manière durable, en dépit de tous les efforts consentis dans ce but. Non seulement le chercheur doit s'abstenir de l'usage du tabac, mais il doit également, si possible, essayer d'éviter les lieux où se trouvent des fumeurs, car les non fumeurs sont exposés aux nombreux composés qui sont produits par la substance qui brûle, aussi bien qu'à ceux de la fumée exhalée par le fumeur.


En résumé, répétons que, en tant qu'êtres incarnés, nous devons être concernés par le développement des instruments de l'Ego, à savoir: le corps physique dense, le corps vital le corps du désir et l'intellect. La qualité et les conditions de ces instruments détermineront combien peu ou beaucoup l'Ego peut accomplir dans son travail d'acquérir de l'expérience à l'école de la Vie. L'alcool, les drogues et le tabac ont un effet nocif sur ces véhicules dans la mesure où la croissance de l'âme de l'individu et ses progrès dans l'évolution peuvent être sérieusement retardés par leur usage.


Cette deuxième partie du texte est inspirée des réflexions du penseur Max Heindel.




Drogues - la cocaĂŻne

La cocaïne, tout comme l'ecstasy ou les amphétamines, fait partie des drogues.



Extrait du site :


http://www.linternaute.com/sante/dependances/dossiers/07/0701-drogues/8.shtml


Risques physiques



  • Troubles du rythme cardiaque. La cocaĂŻne peut ĂŞtre Ă  l'origine d'accidents cardiaques notamment chez les personnes ayant une insuffisance cardiaque.
  • Constriction des vaisseaux sanguins Ă  l'origine d'une mauvaise oxygĂ©nation des tissus et de leur destruction. Chez les consommateurs rĂ©guliers des lĂ©sions perforantes de la cloison nasale sont frĂ©quents.
  • Saignements du nez.
  • Convulsions, crampes ou tremblements.
  • Hypertension.
  • AnesthĂ©siant local en insensibilisant les terminaisons nerveuses, muqueuses et cutanĂ©es.
  • Coupe l'appĂ©tit.
  • Insomnies.
  • Crises d'Ă©pilepsie.
  • Risques de contamination de sida et d'hĂ©patites lors d'injection.


Risques psychiques


  • Grande instabilitĂ© d'humeur (irritabilitĂ©, paranoĂŻa, deprĂ©ssion…)
  • Tics.
  • AmnĂ©sies, troubles de la concentration.


Risques sur la reproduction


  • Trouble hormonal notamment chez l'homme avec un dĂ©veloppement mammaire et une sĂ©crĂ©tion de lait !
  • Interruption des règles chez la femme.
  • Risque de malformation de l'embryon. C'est le psychotrope le plus susceptible de perturber le dĂ©veloppement embryonnaire.


Pouvoir addictif


  • La dĂ©pendance psychique est d'autant plus forte et insidieuse,
    qu'il n'y a pas de dépendance physique.
    Elle peut d'ailleurs perdurer plusieurs années après l'arrêt de la consommation tant le souvenir du plaisir procuré subsiste. Par ailleurs, une tolérance aux effets anorexigènes et euphorisants existe avec la cocaïne et le crack. Ce dernier induit une dépendance tant physique que psychique.
  • Nocif, dangereux, voire drestructeur pour le consommateur... et les autres
    __________________________________________________________


    Extrait du journal La Voix de la Russie :

http://french.ruvr.ru/2013_12_23/Les-drogues-ne-resolvent-rien-et-creent-de-nouveaux-problemes-0619/



Les drogues ne résolvent rien et créent de nouveaux problèmes

Les drogues ne résolvent rien et créent de nouveaux problèmes

Photo : EPA


Par La Voix de la Russie | La récente légalisation de la marijuana en Uruguay a suscité de nouveaux débats sur le bien-fondé d’une telle décision. Les experts pensent que cela ne mènera à rien de bien.

En fait, la légalisation des drogues légères en Uruguay peut être considérée comme un évènement important. Premièrement, l’État autorise et prend sous son contrôle tout ce secteur, de l’importation à l’exportation, sans parler des semences, cultures, taxes, traitements, achats, stockages, ventes et distributions. Mais l’Uruguay est loin d’être le premier sujet de droit international où les idées libertaires ont trouvé des partisans dans les cercles au pouvoir. Andreï Grozine, directeur du département Asie centrale de l’Institut des pays de la CEI, estime qu’il est possible de parler d’une nouvelle tendance mondiale.


« Ce qui se passe actuellement dans le monde, c’est la légalisation des drogues légères, la marijuana en premier lieu. D’un côté, c’est un évènement assez inattendu, surtout pour l’UE, parce que, jusqu’à récemment, les bureaucrates européens avaient tenté de les interdire. Mais maintenant, la balance penche de l’autre côté, et les discussions sont tout autres. La légalisation des drogues légères est une tendance à part aujourd’hui. Combien de temps cela durera-t-il ? Il est difficile de le prévoir. Je ne me risquerais pas à dire que la légalisation des drogues légères est une tendance à long terme. Mais, si l’on se base sur les décisions qui ont été prises par de nombreux États, la marijuana se retrouverait au même niveau que le tabac et l’alcool. »

La tendance observée par les experts est à première vue anodine. Toutefois, pour Andreï Demine, président de l’Association russe de santé publique, professeur et docteur en sciences, les drogues légères (et même les drogues en général) sont une route directe vers l’enfer, d’où il est impossible de revenir.

« À mon avis, la bonne politique est menée par les pays qui ont décidé d’interdire les drogues et de poursuivre les producteurs et les vendeurs. Cependant, il n’y a pas de porte de sortie pour les nombreux consommateurs. C’est une maladie incurable. Même si la personne est en rémission, il faudra la surveiller jusqu’à la fin de ses jours. Malheureusement, peu de gens savent cela. Même les drogues légères, dont font partie le tabac et l’alcool, ont des propriétés modifiant la mentalité. C’est en quelque sorte une maladie du cerveau incurable. Malheureusement, la science ne peut rien nous proposer pour le moment. L’efficacité des actions de réhabilitation est de 3 %. C’est dans les limites de l’erreur statistique. »


D’ailleurs, concernant la légalisation des drogues légères (comme pour tous les problèmes sujets à polémique), il y a lieu de se demander à qui cela est profitable. Et il se trouve que les principaux bénéficiaires ne sont pas les amateurs de marijuana.


« La légalisation des drogues légères est intéressante pour leurs producteurs. Tout tourne autour de cela. Le marché des narcotiques est actuellement engorgé à cause de la situation en Afghanistan. Les drogues sont très nombreuses, si nombreuses que le marché noir, sur lequel elles se vendent, ne peut pas tout écouler. Et donc, si un marché légal, ou semi-légal, de marijuana et de haschich apparait, les ventes s’envoleront. Les producteurs vont ainsi s’enrichir. Cela peut également être profitable pour les secteurs de l’économie qui sont utiles à la production, au transit et à l’utilisation narcotiques. La légalisation des drogues légères ne facilite donc pas la vie qu’aux barons de la drogue, mais aussi à quelques entreprises et organismes financiers qui touchent à ce secteur tout en étant tout à fait légaux », ajoute Andreï Grozine.

Les spécialistes affirment que les mythes sur lesquels se basent les justifications de la libéralisation de la législatiodes n ne résistent pas à la critique. Par exemple, la légalisation des drogues ne diminue absolument pas le taux de délinquance liée à leur utilisation, ne tue pas le marché noir, n’affaiblit pas la criminalité organisée et ne limite pas la propagation du SIDA. En fait, il faut constater que, où que ce soit, les drogues ne résolvent pas les vieux problèmes et en créent même de nouveaux. Si un autre point de vue a prédominé dans le gouvernement uruguayen, c’est en dépit des faits.


La drogue parle

shape

MENTIONS LEGALES


Lisez, analysez, vérifiez, vous êtes responsables de ce que vous intégrez, physiquement, intellectuellement, dans le doute abstenez-vous.

MENTIONS LEGALES
MAGNETISEUSE GUERISSEUSE
THERAPIES ENERGETIQUES
GEOBIOLOGUE